Jacques Chirac s'inquiète du tourisme de chasse en Roumanie

30/04 

15:04  Le président Jacques Chirac a fait part vendredi au Premier ministre roumain Adrian Nastase de son "inquiétude sur la préservation des espèces", notamment les ours, menacées par le développement du tourisme de chasse, a indiqué l'Elysée.

"Le président de la République a soulevé la question de la chasse en Roumanie en particulier du tourisme de chasse qui se développe", a rapporté l'Elysée après un entretien d'une demi-heure qui a porté sur les perspectives d'adéhsion de la Roumanie à l'Union européenne en 2007.

M. Chirac "a observé que cela suscite une réelle émotion en France et alimente une inquiétude sur la préservation des espèces", a ajouté la présidence.

Le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui s'était entretenu la veille au téléphone avec Brigitte Bardot sur ce sujet, a aussi alerté son homologue roumain lors d'un entretien à Matignon.

Lors de son entretien avec M. Raffarin, M. Nastase a répondu qu'il était "au courant" de la situation et qu'il "allait regarder" la question, a-t-on indiqué à Matignon.

Lors d'une conférence internationale sur la chasse à Bucarest, Brigitte Bardot a accusé mercredi le Premier ministre roumain, qui préside l'Association roumaine des chasseurs, d'encourager le "massacre" des ours et des loups de son pays.

La Roumanie est l'un des rares pays européens où le gros gibier abonde toujours et les quotas annuels de chasse sont très élevés. Selon le ministère de l'Agriculture, quelque 300 ours, 370 loups et 4.800 sangliers ainsi que plus de 6.000 renards pourront y être chassés en 2004.

L'association écologiste AVES affirme toutefois que le gibier est "surévalué" pour attirer un profitable tourisme de chasse. Un chasseur étranger devra ainsi payer quelque 5.000 euros pour un ours brun, surnommé le "roi des forêts des Carpates".

Selon AVES, la population d'ours bruns a baissé de 60% ces trois dernières années en Roumanie.